Showing 288 results

Authority record

Independent Order of Odd Fellows. Myrtle Rebekah Lodge, No. 28 (Lennoxville-Ascot, Que.)

  • Corporate body

La fondation de la Myrtle Rebekah Lodge No. 28 date de 1913. Comme les autres Rebekah Lodges, sa devise est « Amitié, amour et vérité ». Bien qu’affilié aux Odd Fellows, le mouvement Rebekah Lodge est destiné spécifiquement aux femmes. Son rituel est l’œuvre de l’homme politique américain Schuyler Colfax. La Grande Loge Souveraine a juridiction sur l’ensemble de la fraternité. Au Québec, toutes les loges Rebekah sont sous la juridiction de la Rebekah Assembly of Quebec, qui est divisée en cinq districts qui regroupent un nombre plus ou moins grand de loges. Au niveau local, la Loge est sous la direction d’un Noble Grand. Conformément aux règlements de l’organisation, les membres se réunissent deux fois par mois. En 1930, un Past Noble Grands' Club est créé par les membres de la Myrtle Rebakah Lodge No. 28. Ce club, qui est le premier du genre au Québec, se réunit une fois par mois. Conformément aux règlements de l’Ordre, la Myrtle Rebekah Lodge No. 28 poursuit une longue tradition de philanthropie. La Loge a aidé au maintien de la résidence pour personnes âgées Edith Kathan Home I.O.O.F. de Brome-Ouest et a organisé des activités de collecte de fonds (marathons de cartes, ventes de charité, activités sociales, soupers et goûters) au profit des écoles, foyers et hôpitaux locaux, de la Société canadienne du cancer, de la Société canadienne de la Croix-Rouge, de l’Institut pour les aveugles et de nombreux autres organismes humanitaires.

Bassett, Fred W.

  • (b. 1872)

Alfred ou Fred W. Bassett est originaire d’Eustis, fils de Mary Howse. Aventurier, il occupa des métiers variés tels que barbier, vendeur, détective et mineur. Il était cependant photographe avant tout, tenant même un studio de 1895 à 1905. Il partit pour le Yukon en 1905 et personne n’entendit plus jamais parler de lui.

Hunting (family)

  • Family

Seth et William Hunting, les fondateurs de Huntingville et participants actifs à l’établissement de l’Église universaliste dans ce village, sont les premiers Hunting à s’établir dans les Cantons-de-l’Est. Nés à Hubbardston, au Massachusetts, William et Seth Hunting comptent parmi les quatre enfants de William Hunting et de Lydia Wheelock. William Hunting (1784-1832), leur fils aîné, et Mary (Polly) Stone (1782-1853) se marient en 1809 et déménagent par la suite à Templeton, au Massachusetts, d’où vient la famille de Mary. Mary est la fille aînée de Catharine Wyman et Leonard Stone, second époux de Catharine. Auparavant, Catharine a épousé en premières noces Aaron Kendall, qui meurt après dix ans de mariage, en 1881. De son premier mariage, la mère de Mary (Polly) Stone avait déjà trois enfants. Les liens familiaux du côté des Stone sont significatifs dans la famille Hunting car celle-ci reçoit une abondante correspondance de ces parents des États-Unis. Après la naissance de deux filles en 1809 et 1811, William et Mary Polly Hunting déménagent dans le canton d’Ascot, dans la province du Bas-Canada, en 1812. Même si la raison de ce déménagement n’est pas certaine, il est probable qu’ils y ont été attirés par des parents de Mary Stone qui étaient déjà partis s’installer vers le nord.

En 1815, Seth Hunting (1788-1872) emmène sa nouvelle épouse, Nancy Davis, dans les Cantons-de-l’Est et achète du terrain le long de la rivière Salmon, devenue rivière Ascot, ce qui sera le futur site de Huntingville. À ce moment, William et sa famille déménagent quittent Ascot pour venir rejoindre Seth là où il avait choisi de s’établir. Seth et Nancy Hunting ont six enfants : Stephen (1815-1841), Susan (1816-1886), Henry W. (1830-1896), William Seth (1865-1950), Fredrick A. (1867-1868 et Charles P. (1864-1931). Bien que la terre où les moulins seront éventuellement situés appartienne à Seth, il semble que celui-ci soit plus agriculteur que meunier et que ce serait William qui aurait construit les moulins.

William Hunting et Mary (Polly) Stone ont six enfants : Betsey (1809-1832), Catharine (1811-1838), William (1815-1892), Leonard (1820-1842), Lyman E. (1821-1850) et Ephraim, mort en très bas âge. William Hunting construit et exploite le premier barrage sur la rivière et construit par la suite un moulin à blé et un moulin à bois sur ses rives. Il exploite aussi un autre moulin sur la rivière Eaton. À son décès, en 1832, son fils aîné, William, reprend les moulins bien qu’il n’ait que 17 ans. En 1838, les jeunes frères de William, Leonard et Lyman, travaillent aux moulins. Dans les années 1840, Lyman a quitté les moulins pour travailler au Fuller General Store à Lennoxville, en raison de sa santé fragile due à une maladie pulmonaire, et vit à certaines périodes aux États-Unis. Les descendants de William Hunting fils ont exploité le moulin à bois et le moulin à blé jusqu’à 1960, alors qu’un incendie a détruit les deux édifices. En 1961, une usine de rabotage a été construite et exploitée par Hunting, avant d’être fermée définitivement, mais l’édifice est toujours là, au bord de la rivière Ascot, à Huntingville.

Wesley United Church (Beebe, Que.)

  • Corporate body

À l’origine église méthodiste, Wesley United Church devient une charge indépendante en 1875. Le premier temple est construit en 1876-1877 à Beebe. Quinze plus tard, en 1891, le temple ne pouvant recevoir la communauté grandissante, la congrégation construit une autre église. En 1925, l’Église Unie du Canada est formée par l'union de congrégations des Églises presbytériennes, méthodistes et congrégationalistes. Wesley Methodist Church décide de se joindre à l’Union. Pendant plusieurs années, Wesley United Church tisse des liens étroits avec Graniteville United Church. Depuis 1981 ou 1982, l’église fait partie de la charge pastorale United Steeples. L’église unie Wesley de Beebe relève du Consistoire Québec-Sherbrooke du Synode Montréal et Ottawa de l’Église Unie du Canada. La Congrégation et les conseils suivants dirigent ses activités : Board of Stewards (conseil presbytéral), Board of Trustees (conseil de surveillance), un Joint Board (conseil mixte), en collaboration avec ses comités et groupes internes, tels la Sunday School (école du dimanche), les United Church Women (Comité des femmes de l’Église Unie) et la Young People’s Society (groupe jeunesse). Face à des difficultés financières et une adhésion décroissante, la congrégation de l'église unie Westley a décidé de vendre le bâtiment. Le dernier service a eu lieu à l'église unie Westley le 15 Avril 2007 et le bâtiment a été cédé 30 Avril 2007 pour les musiciens pour être transformé en une résidence et salle de concert privé.

Draper, Dennis Colburn

  • Person
  • 1875-1951

Dennis Colburn Draper was born in 1875 in Sutton Junction. When not working as a farmer, Draper served as a Militia Captain with the 13 th Scottish Light Dragoons. When the First World War broke out, Draper volunteered for overseas service and joined the 5 th Canadian Mounted Rifles (C.M.R.) - a unit recruited from the Eastern Townships and commanded by George Harold Baker, MP for Brome County.

Bieber, Arthur H.H.

  • Person
  • 1902-1978

Arthur H.H. Bieber est né à Simcoe, en Ontario, en 1902. Il voyage en Angleterre et en France au début du 20e siècle et il participe à la Deuxième Guerre mondiale. À la fin de sa vie, il habite à Richmond, dans les Cantons-de-l’Est.

Hackett (family)

Michael Felix Hackett B.C.L. est né dans un foyer catholique irlandais le 23 août 1851. Ses parents sont Patrick Hackett ([18-?]-1869), d’Irlande, et Mary Griffin ([18-?]-), de Granby, au Québec. Son père, premier maire de Granby, au Québec, meurt lors de l’effondrement d’un pont en avril 1869. Michael Felix Hackett étudie dans la région au Granby Academy College, ainsi qu’au College of Sainte-Marie-de-Monnoir et au College of Saint-Hyacinthe. Il étudie le droit à McGill University et, le 17 juin 1874, il est admis au barreau provincial du Québec. En 1883, M.F. Hackett épouse Florence Alberta Knight ([1859]-1913), fille d’Albert Knight (1817-[1870]), député, et de Julia Ann Rose (-). Ils auront cinq enfants : Sybil Rose (1886-1954), Florence Julia (1891-1912), Mary Griffin (1896-1980), John Thomas (1884-1956) et Felix Winfield (1890-). M.F. Hackett pratique le droit dans la région de Stanstead, est maire de Stanstead Plain (1890-1904) et préfet du comté (1891-1897). Il est juge de la Cour supérieure du Québec et politicien, élu à la législature du Québec en 1892. Il occupe le poste de Secrétaire provincial jusqu’à sa retraite. Il se présente aussi aux élections fédérales (1900 et 1904), mais il n’est pas élu. Il est directeur et vice-président de la Stanstead and Sherbrooke Mutual Fire Insurance (1835-[19-?]). En outre, M.F. Hackett est président du Stanstead County Farmers’ Institute, de la Saint-Joseph Society, du Parti libéral-conservateur des Cantons-de-l’Est (Québec) et des conseils scolaires. Il est aussi membre du Board of Examiners for School Teachers of Eastern Townships, capitaine dans la milice, Bâtonnier du barreau de Saint-François (1892-93) et (1900-1901) et président de la Catholic Mutal Benefit Association of Canada (1895-1916).

John Thomas Hackett B.L., B.C.L. est le fils de Michael Felix Hackett et de Florence Alberta Knight. Né à Stanstead, au Québec, le 12 juin 1884, il étudie au St. Charles Seminary, au Loyal College, à Laval, et il est diplômé de la McGill’s Law School. Il y fonde le conseil étudiant de McGill (1909). Il est résidant de Montréal et de Stanstead, au Québec. Il épouse Linda Harding (-) en 1912, qui lui donne Florence Knight (1913), Ann Kidder (1914), Linda Mary (1916-1917), John David (-), Julia Alice (-) et Ruth Rose. Après avoir pratiqué le droit, John Thomas Hackett sera député fédéral conservateur (1930-1935, 1945-1949) et sénateur (1955-1956). Au cours de sa vie, il a été membre du conseil des gouverneurs de McGill University, membre du conseil exécutif de la Charity Organization Society, de la Catholic Social Service Guild et du Loyal Convalescent Home. Il a aussi été président de la Jr. Bar Assiciation (1919), bâtonnier de l’Association du barreau de Montréal (1945-1946) et de l’Association du Barreau canadien (1947). Comme son père, John Thomas a été engagé dans la vie militaire comme lieutenant du 55e régiment des Irish Canadian Rangers. Il a aussi été président de la Stanstead County Historical Society (1936-1956).

Linda Harding Hackett est née 14 janvier 1884 à Derby Line, au Vermont. Elle est la fille de Dudley William Davis et de Annie Kidder Harding Davis. Elle détient un baccalauréat ès arts de Boston University. Elle étudie les Cantons-de-l’Est et publie en 1941 une compilation intitulée Eleanzer Fitch: The First Leader of Stanstead Township. Linda est morte 18 julliet 1965.

Smith, James H., 1865-1926

James Henry Smith est né le 14 novembre 1865 à Sutton. Il est le fils de Benjamin et Sarah Galusha Smith. Il épouse Florence Maud Flannery le 10 août 1898 à Sutton. Au cours de sa vie professionnelle, il a été ferblantier, marchand de machinerie (voitures, carrioles, harnais, outils agricoles, remorques, écrémeuses) et commerçant de sucre d’érable à Sutton. Il s’est également impliqué dans la politique municipale comme membre du conseil municipal du village de Sutton. Il est décédé le 15 mai 1926 à l’âge de 60 ans.

Drolet, Jean-Nil

  • Person
  • 1930-

Jean-Nil Drolet est né le 5 juin 1930 à Coaticook, fils aîné de Léo Drolet (1907-1935) et Hélène Aurore Lapointe (1907-1988). Jeune garçon, Jean-Nil pratique les sports et fait partie des Scouts catholiques. Drolet marie Rita Carbonneau le 16 juillet 1955 à Coaticook, et ils ont ensemble huit enfants : Claire, Julie, Léo, Guy, Michel, Raynald, Marie et Johanne. À ses débuts, Drolet travaille pour l'usine Kilgour à Coaticook et obtient un diplôme de l’Université de Sherbrooke en administration scolaire. Dans sa vie professionnelle, il est actif au sein des syndicats de Coaticook, est secrétaire-trésorier de la Commission scolaire de Coaticook dans les années 1960 ainsi que pour le Foyer Coaticook Inc. et le Local Artisan 928. Au cours de son mandat à la commission scolaire, deux nouvelles écoles ont été construites (l’école secondaire Albert-l’Heureux et l’école primaire Sacré-Cœur). Drolet est également secrétaire du conseil d’administration du Centre Hospitalier de Coaticook et il devient, en 1971, directeur général du Centre Hospitalier de Coaticook. Jean-Nil Drolet est également actif au sein de plusieurs organismes communautaires tout au long de sa vie.

Club de l’âge d’or Sourire à la Vie, St-Marc

  • Corporate body
  • 1973-

Le club de l’âge d’or de Saint-Marc a été fondé en 1973 et reçoit ses lettres patentes en 1974 au nom de Club de l’âge d’or de St-Marc de Coaticook. Au début, l’adhésion au club est payante et le club offre des activités mensuelles comme des parties de cartes, des jeux, des ateliers créatifs ainsi que des voyages de groupe organisés. Mieux connu sous le nom de Sourire à la Vie, le club publie aussi un bulletin d’information saisonnier pour ses membres. Pendant longtemps, les rencontres du club ont lieu au sous-sol de l’église catholique Saint-Marc à Coaticook, jusqu’à la fermeture et la vente de l’église en 2010. Ensuite, les rencontres ont lieu dans la salle de réception de L’Épervier à Coaticook. En 2014, le club célèbre son 40e anniversaire et compte 90 membres.

Maurice, Françoise

  • Person
  • 1916-2009

Françoise Maurice est née à Coaticook le 17 décembre 1916. Elle cultive une passion pour la musique et les livres dès son enfance grâce au grand nombre de livres accessibles dans la maison familiale et aux leçons de musique donnée au couvent de Coaticook. Après l’ouverture d’une bibliothèque publique à Coaticook en 1959, Maurice devient d’abord bénévole, puis obtient un poste permanent à la bibliothèque. Sa passion pour la culture, les arts et le patrimoine est palpable dans sa façon d’organiser les expositions d’art, de photographies et d’antiquités. Une exposition d’antiquités mène même à la fondation du Musée Beaulne. Maurice garde son poste à la bibliothèque pendant 32 ans, ce qui ne l’empêche pas de participer à l’organisation des premiers cours de danse, d’être bénévole au Musée Beaulne et à la Société d’histoire de Coaticook et d’enseigner le piano, entre autres choses. En 2003, la Ville de Coaticook rend hommage à ses années de service à la bibliothèque et à son engagement dans la communauté en renommant la bibliothèque en son honneur. Françoise Maurice est décédée le 11 septembre 2009, à l’âge de 93 ans.

Canadian Celanese. Coaticook

  • Corporate body
  • 1956-1985

L’usine de Coaticook, qui abritera la Canadian Celanese, connaît ses tout premiers débuts en 1872 lors de l’achat des droits relatifs à l’eau de Levi Baldwin par Thomas McDuffee. Frederick Cross en fait ensuite l’acquisition pour implanter une usine de râteaux. S’amorce ensuite une succession de changements de propriétaires et de vocations jusqu’à son acquisition par Trenholme et Armitage en 1889; l’usine devient alors le Coaticook Woolen Mills. Un incendie détruit l’usine en juin 1889, mais elle est reconstruite et les opérations se poursuivent jusqu’en 1919, lorsqu’elle est vendue à Walter Blue. S’ensuivent bon nombre de transactions jusqu’à 1944, où Coaticook Textiles Limited en fait l’acquisition. Sous la direction de cette compagnie, l’usine prend de l’expansion et en 1954 emploie 125 travailleurs.

La Canadian Celanese s’établit à Coaticook en 1956 à l’achat du bâtiment et de l’équipement de Coaticook Textiles. En 1963, la Canadian Celanese Company fusionne avec la Canadian Chemical Company et devient une branche de Chemcell Limited. En 1972, sa dénomination sociale devient Celanese Canada. En 1980, l’activité principale de la Celanese est la fabrication de doublure en acétate de cellulose (ou rayonne d’acétate) et de tissus texturés en polyester. À l’époque, 80 pour cent de la production est envoyée à Drummondville pour la teinture et l’apprêt.

En 1984 et en 1985, l’usine de Coaticook de la Canadian Celanese est achetée par Produits Cellulaires Waterville. La compagnie ferme ses portes par la suite, et les employés de Coaticook sont transférés à Waterville.

Maison des jeunes de Coaticook Inc.

  • Corporate body
  • 1983-

Fondée en 1983, la Maison des jeunes de Coaticook a pour mission d'encourager l'autonomie chez les adolescents (âgés de 12 à 17 ans), de fournir un lieu de rassemblement pour les jeunes, d'offrir des activités qui répondent à leurs intérêts, et de faire la prévention concernant des problèmes qui touchent les jeunes en particulier. L'organisme est sous la direction du conseil d'administration et dotée de plusieurs comités qui soutiennent ses activités. Au départ, la Maison de jeunes de Coaticook loue un local à l'école Polyvalente La Frontalière, puis parvient à trouver un local sur la rue Laurence. Aussi connu sous le nom La Mayz de Coaticook, l'organisme fête son 20e anniversaire en 2003. La Maison des jeunes de Coaticook est toujours active et répond à des objectifs similaires à ceux définis en 1983.

Adam, Louis

  • Person
  • 1925-2005

Louis Adam est né le 24 novembre 1925 à Coaticook, fils de Stanislas Adam et d'Adrianna Hénault. Il se marie à Gertrude Bouchard à Coaticook, le 3 janvier 1948. De leur union naissent : Claude (n. 1948), Lise (n. 1949), Yves (n. 1952), Yvon (n. 1952), Denise (n. 1955) et Richard (1962-1976). Depuis au moins 1953 jusqu'à 1967, Louis Adam gère la station-service Champlain, dont il est propriétaire. Située sur la rue Main à Coaticook, elle est aussi connue comme le Service Louis Adam. Louis Adam décède le 14 mai 2005 à Coaticook.

Robillard, Yves

  • Person
  • 1939-2012

Yves Robillard est né en 1939 à Farnham. Suivant ses intérêts pour l'histoire et la culture, il obtient des diplômes de l'Université de Montréal et de l'Université de Paris X. Robillard devient plus tard professeur à l'Université du Québec à Montréal, où il enseigne de 1969 à 1998 et jouera un rôle important dans le courant artistique de la contre-culture et de l'avant-garde au Québec. Son intérêt envers Baldwin Mills débute en 2002 quand il commence à faire des recherches à propos des premiers colons de la région. Il meurt en 2012.

radio CFIN-FM

  • Corporate body
  • 1983-1987

La radio CFIN-FM 104.5 débute sa diffusion le 1er novembre 1983. Le démarrage de CFIN-FM, la première radio FM de musique country au Québec, a été rendu possible grâce aux efforts de Clément de Laat et de Michael Dougherty. Malgré une base élargie d'auditeurs qui s'étendait presque partout en Estrie et aux États-Unis, le CRTC dira que l'auditoire de CFIN-FM n'était pas conforme à la règlementation du CRTC et la radio cesse ses activités à l'été 1987.

Chambre de commerce des jeunes de Coaticook

  • Corporate body
  • 1943-1964

La Chambre de commerce des jeunes de Coaticook est fondée en 1943 pour fonctionner en partenariat avec la Chambre de commerce de Coaticook. Ces activités incluent l'amélioration de la vie communautaire et l'amélioration des habiletés et ce, avec un intérêt marqué pour la promotion du tourisme dans la région. La chambre termine ses activités en 1964 à la faveur d'un seul conseil d'administration.

Laurence, Dr Raoul

  • Person
  • 1895-1966

Raoul Laurence est né le 15 octobre 1895. Ses parents étaient Arthur et Albina Laurence et venaient probablement de St-Hyacinthe. Il complète ses études pour devenir dentiste et s'installe à Coaticook en 1921. Le Dr Laurence épouse Jeanne Lesieur et ils auront ensemble quatre enfants : Marguerite, Suzanne, Claire et Madeleine. Il sera maire de Coaticook de 1950 à 1953. Le Dr Laurence meurt en 1966 à Coaticook.

Ménard, Pierre

  • Person
  • 1829-1913

Pierre Ménard est né à Fairfax au Vermont le 13 juillet 1829. Il déménage à Contrecoeur au Québec dans les années 1850 où il épouse Marcelline Blanchette en 1856. Ensemble, ils ont sept enfants : Joseph, Zoé, Perpétue, Élizabeth, Angélina, Catherine et Pierre-Louis. La famille déménage à plusieurs reprises pour se retrouver finalement dans le canton de Compton en 1872 où Ménard achète une terre de Josephus Rugg. Il devient un homme d'affaires à succès, ayant un intérêt particulier pour l'élevage des chevaux et ce, jusqu'à la mort de sa femme en 1877. Ménard vend la terre familiale avec l'intention de déménager au Manitoba, mais il rencontre plutôt Christine Pelleter (la veuve d'Alfred Fontaine) qu'il épouse. Pour un moment, ils vivront sur la terre de Christine à Clifton où leur fils Rodolphe est né en 1881. En 1882, Ménard achète une boulangerie à Coaticook sur la rue St-Jean-Baptiste. N'ayant pas beaucoup de succès dans cette entreprise, il vend la boulangerie à Nazaire Girardin en 1886. La même année, il achète une ferme à Compton, mais peu de temps après, ses dettes s'accumulent et le force à aller travailler aux États-Unis. En 1897, Ménard parvient à retourner sur sa ferme à Compton où il vivera jusqu'à sa mort le 1er mars 1913.

Vincent, Ovide

  • Person
  • 1896-1917

Ovide Vincent est né probablement dans la région de Coaticook le 111 mai 1896. Ses parents étaient Jean-Baptiste Vincent et Della Malouin. Au commencement de la Première guerre mondiale, Vincent s’enrôle avec le 117e bataillon des Cantons-de-l'Est en mars 1916. Après sont déploiement en Angleterre, les membres du 117e bataillon sont réaffecter à d'autres bataillons et Vincent servira dans le 22e bataillon. Il meurt sur le champ de bataille pendant le Bataille de la Crête de Vimy le 1er avril 1917.

Cinéma Opéra

  • Corporate body
  • 1945-1981

Le Cinéma Opéra, mis sur pied par Philias Blouin, tient sa première projection à Coaticook en Janvier 1945 dans le bâtiment de la rue Main qui servait auparavant à l'Opera House. Afin de convertir le théâtre en salle de cinéma, un écran et un projecteur sont installés et les sièges de bois originaux sont remplacés par 1450 sièges rembourrés. La dernière représentation au Cinéma Opéra se fait en juin 1981. Après la vente du bâtiment à un concessionnaire de machinerie, il est démoli et le terrain devient un stationnement.

Labbé, Wilbrod

  • Person
  • 1917-2002

Wilbrod Labbé est né en 1917. Ses parents étaient Henri Labbé et Rosa Dragon. Il épouse Clara Girouard le 21 juin 1941. Ensemble, il ont deux enfants : Laurette et Marcel. Entre autres choses, il travaille comme encanteur et il est « caller » à la Salle Pariseau, une salle de danse à Coaticook. M. Labbé soutien aussi sa femme Clara dans ses nombreuses activités bénévoles en la reconduisant partout où elle devait être. Wilbrod Labbé meurt le 27 juillet 2002 à Coaticook.

Girouard, Clara

  • Person
  • 1919-2002

Clara Girouard est née en 1919. Ses parents étaient Amédée Girouard et Anna Boulay. Elle épouse Wilbrod Labbé le 21 juin 1941. Ensemble, ils ont deux enfants : Laurette et Marcel. Après une grave maladie, Mme Labbé dédie la plupart de son temps au bénévolat avec différents organismes communautaires et ce, pendant 50 ans. Entre autres, elle est accompagnatrice pour les docteurs Telmosse, Rafall et Samson lors d'accouchement à la maison, de visites des patients, de l'organisation d'activités au Foyer Bois-Castel, mais elle s'implique aussi avec le Cercle des Fermières de St-Edmond, la chorale et le Club de l'Age d'or. Plus particulièrement, Mme Labbé est active au Centre d'action bénévole. Elle est reconnu pour son dévouement pour le bénévolat en 1993 lorsqu'elle reçoit le Mérite régional, volet vie communautaire, en 1994 lorsqu'elle reçoit le Prix bénévolat du Canada et en 1998 lorsqu'elle est nommée Grande bénévole. Clara Labbé meurt le 19 septembre 2002 à Coatcook.

Club Radio Frontière Coaticook

  • Corporate body
  • 1977-[198-?]

Le Club Radio Frontière Coaticook a été fondé en février 1977 par Henri Fecteau, George Longmoore, Michel Fournier, Pierre Laberge, Raymond Isabelle et Jacques Philibert. Le but de ce club est de promouvoir et de développer les communication par radio BP (CB) à Coaticook et dans la région, afin d'encourager l'utilisation et l'intégration de la radio BP parmi la population et pour offrir des services aux membres afin d'augmenter leurs connaissances des télécommunications. Le logo du club a été dessiné par Louise Lacasse de Lennoxville et il a été choisi par concours. Le club a poursuivi ses objectifs à travers les une variété d'activités telle que des pauses-café qui réunissaient les usagers de radio BP d'autres villes, ainsi que des tournois de pêche, des fêtes d'Halloween et des journées du Père Noël. Le club a aussi mis en place des activités de financement.

Service Incendie. Région Coaticook

  • Corporate body
  • 1887-présent

La brigade d'incendie de la Ville de Coaticook débute ses activités avec l'incorporation de la municipalité en 1864 et fait son apparition par les règlements pour minimiser les risque de conflagration. Vers la fin des années 1880, Coaticook aura sa première brigade d'incendie, appelée la Deluge Fire Company. Une seconde brigade s'ajoute en 1898 appelée la Beaver Fire Company. Durant cette période, le département d'incendie de Coaticook acquerra de nouveaux équipements comme une pompe à vapeur en 1887, ce qui marque les débute officiel du département d'incendie de Coaticook. Pendant toutes ces années, Coaticook verra une certains nombre d'incendies majeurs qui seront éteints grâce au travail des pompiers : en 1890, un certain nombre de bâtiments sur les rues Main et Child succomberont aux flammes; en 1895, un feu détruira une bonne partie du centre-ville; un troisième incendie majeur en 1948 débute à l'Hôtel Child et détruira plusieurs bâtiments, incluant la première église St-Jean-l'Évangéliste. En 1976, les services d'incendie de Coaticook, Dixville, Ste-Edwidge et St-Herménégilde fusionne lors d'une réorganisation des services. Aujourd'hui, sa principale mission est d'assurer la protection des gens et des propriétés d'approximativement 12 000 citoyens situés dans les municipalités membres de l'organisation, qui sont un peu partout sur le territoire d'environ 564 km carrés.

Lemoine, Léonard

  • Person
  • 1924-1997

Léonard Lemoine est né le 19 mars 1924 à Coaticook. Ses parents sont Bernard Lemoine et Dorila Frappier. Il épouse Denise Bernier et ensemble, ils ont trois enfants : Marc Bernard, Paul Guy et Louise Denise. En 1961, Léonard reprend le commerce de tailleur de son père à Coaticook. Léonard était très impliqué dans les organismes locaux et dans la communauté pendant sa vie, incluant une appartenance au Club Lions de Coaticook et une participation des les affaires municipales. Il meurt en 1997 et est enterré au cimetière St-Edmond à Coaticook.

Rousseau, Yvette

  • Person
  • 1917-1988

Yvette Boucher est née le 18 février 1917 à Saint-Éleuthère-de-Kamouraska. En 1934, elle obtient son certificat d'enseignement et commence sa carrière d'enseignement dans une école de rang. En 1935, elle épouse Benoit Rousseau et met un terme à l'enseignement pour élever leurs huit enfants. Après la thrombose cérébrale de son mari en 1952, la famille déménage à Coaticook pour trouver de meilleurs opportunités d'emploi et d'éducation. Mme Rousseau a travaillé à la Coaticook Penman's de 1952 à 1967 comme opératrice de machine et superviseure de production. Pendant ce temps, elle complète aussi des cours de politique, sociologie, économie et syndicalisme. En 1960, Mme Rousseau a aidé à l'implantation d'un syndicat à l'usine Penman's et elle y a siégé comme présidente. Elle a aussi siégé en tant qu'administratrice sur un certain nombre de syndicats et conseil de fédération. En 1963, elle devient la première femme à être élue comme vice-présidente de la Confédération des syndicats nationaux (CSN). De 1967 à 1971, Mme Rousseau travaille comme consultante pédagogique. Au même moment, elle devient l'une des membres fondatrices de la Fédération des femmes du Québec, qui a été largement impliquée dans la création du Conseil du statut de la femme du Québec en 1973. Parmi les différents honneurs qu'elle a reçus, on distingue un doctorat honorifique de l'Université de Moncton en 1977. En 1979, elle est nommée sénatrice libérale, un poste qu'elle occupera jusqu'à sa mort le 17 mars 1988.

Famille Drolet-Fortin

  • Family

Napoléon Drolet est né en 1842 et épousera Adéline Rochette à Québec en 1864. Ils s'installent à Compton où leur 12 enfants naissent : Thomas, Eugénie, Oliva, Émile, Marie-Alma, Victor, Blanche, Adélina, Marie-Louise, Léon C., Ernest et Léontine. En 1909, la famille déménage à Coaticook. Ernest étudie à l'Université de Montréal et y reçoit un Baccalauréat en pharmacologie. Il ouvre une pharmacie à Coaticook dans un bâtiment nommé « Medecine Hall ». Ernest Drolet épouse Émilie Fortin en 1909 à Cookshire et ensemble ils ont 1 enfant : Antoinette (1909-1999). Antoinette épouse Ernest Délium Émond en 1945 à Montréal. Joseph Alexandre Fortin (1846-1920) épouse Marie-Joséphine Tremblay (1854-1928) à Roberval en 1872. À un certain moment, le couple déménage près de La Patrie, où quelques-uns de leurs enfants naissent. Ensemble, ils ont 8 enfants : Adélard, Joseph Darly, Alfred, Émilie, Joseph, François-Xavier, Arthur, Laura et Alice. Xavier (1884-1976) épouse Blanche Roy (1895-1999). Émilie (1882-1963) épouse Ernest Casimir Drolet (1883-1919). Lucien Roy épouse Ferdinanda Côté, probablement à ou près de Saint-Anaclet-de-Lessard près de Rimouski. Parmi leurs enfants, on retrouve Blanche Marie Fernanda Roy, née en 1895. Blanche épouse Xavier Joseph Fortin à Drummondville en 1919.

Results 1 to 30 of 288